This is a functional and optical limited version for mobile systems and those without Flash plugin or Javascript. Get the latest Adobe Flash Player here.

En octobre 2006, Bilbao (Pays Basque espagnol) accueille huit navigateurs en solitaire dans le port de Gexto. Parmi les skippers, un mélange de personnalités et de nationalités différentes, tous réunis dans un seul but : faire le tour du monde en solitaire dans le cadre du Défi Absolu en Solitaire, la VELUX 5 OCEANS 2006-07. Bilbao encourage alors son héro local, Unaï Basurko, qui participe à son premier tour du monde en solitaire, tandis que le Suisse Bernard Stamm revient défendre son titre de 2002, face à une concurrence des plus rudes en la personne de Mike Golding, Champion du Monde FICO et de son compatriote britannique, star montante de la voile, Alex Thomson.

Cette édition accueille en outre l'aventurier Japonais Kojiro Shiraishi, outsider de la course, et une véritable légende de la voile, Sir Robin Knox-Johnston, alors âgé de 68 ans. Sur la ligne de départ, un seul monocoque de 50 pieds, celui du néo-Zélandais Graham Dalton. Sa course est avant tout une aventure humaine et une quête personnelle en mémoire de son fils Tony, décédé du cancer moins d'un an avant le départ. Enfin, dernier inscrit à la liste des concurrents, l'Américain Tim Troy, qui a tout sacrifié pour réaliser le rêve de sa vie : faire le tour du monde à la voile. Une course contre la montre pour prendre le départ de la course à bord de son 60 pieds Margaret Anna.

Par leur diversité et leur personnalité, ces marins réunissent déjà tous les ingrédients pour susciter l'intérêt. Mais alors que les équipes se préparent pour le départ, personne ne peut imaginer les événements qui vont captiver l'attention du public et des journalistes du monde entier. Avant même le départ, l'Américain Tim Troy se voit contraint de se retirer de la VELUX 5 OCEANS 2006. Sa course contre la montre est perdue. Il n'a pas réussi à obtenir la certification de l'IMOCA pour son 60 pieds et doit renoncer à son rêve. Pendant ce temps, une violente tempête s'abat sur le Golfe de Gascogne, endommageant sur son passage le 50 pieds de Graham Dalton. Nous ne sommes qu'à deux jours du départ et le temps de réparer, le Néo-Zélandais devra partir avec une semaine de retard sur le reste de la flotte. Mais cette tempête n'est qu'un avant-goût de ce qui attend encore les skippers...

Le départ de la VELUX 5 OCEANS 2006-07 est donné le 22 octobre 2006. C'est le début d'une formidable aventure autour du monde, avec une première étape de 12000 milles jusque Fremantle en Australie Occidentale, durant laquelle les concurrents vont devoir traverser le fameux Pot au Noir, franchir le Cap de Bonne Espérance, affronter les tempêtes des Mers du Sud, pour enfin rejoindre les côtes ensoleillées de l'Australie.

Vingt-quatre heures à peine après le départ, le Golfe de Gascogne livre déjà un des moments forts de ce Défi Absolu en Solitaire. Une puissante tempête, avec des vents dignes d'un ouragan, se déplace au-dessus du Cap Finisterre et vient littéralement balayer la flotte, mettant à rude épreuve les qualités, la volonté et le courage des marins. Seuls deux skippers s'en sortent sans devoir faire escale pour réparer : Bernard Stamm et Kojiro Shiraishi. Alex Thomson, sur Hugo Boss, s'arrête à Gijon avec plusieurs voiles déchirées. Mike Golding, sur Ecover, et Robin Knox-Johnston, sur Saga Insurance, rejoignent La Corogne pour soigner les différentes blessures causées par le vent et les vagues. Et à bord de Pakea, Unaï Basurko, rentre dans son port d'attache Bilbao pour trouver le soutien de son équipe technique.

Tous les bateaux doivent alors respecter une pénalité de 48 heures pour s'être arrêté au port et avoir reçu de l'aide extérieure. Bernard Stamm et Kojiro Shiraishi en profitent ainsi pour creuser une confortable avance, alors qu'ils mettent déjà le cap vers l'équateur. Les images de la tempête dans le Golfe de Gascogne font le tour du monde à travers la presse et les journaux télévisés, et illustrent parfaitement les réalités du Défi Absolu en Solitaire.

La flotte reprend sa route. Alex Thomson et Mike Golding n'ont qu'un objectif : rattraper Bernard Stamm. Les deux rivaux se lancent dans une véritable course-poursuite à travers l'Atlantique où ils poussent leur machine au maximum pour gagner de précieux milles. Malheureusement, cette belle bataille tourne au désastre pour les deux bateaux...

Alors que les Britanniques ont mis le cap à l'est et plongent dans les Quarantièmes Rugissants, à plus de 1000 milles au sud de Cape Town, Alex Thomson est victime d'une avarie de quille. Suite à un problème structurel, la quille ne s'incline plus et pend sous la coque. Le skipper d'Hugo Boss informe alors le Directeur de Course qu'il doit abandonner le bateau. Son compatriote Mike Golding, qui court maintenant en deuxième position derrière Bernard Stamm, est le plus proche concurrent dans la zone. Il répond immédiatement à la demande d'assistance d'Alex Thomson et se détourne pour lui porter secours.

Les deux marins réalisent un formidable sauvetage en pleine mer et laissent Hugo Boss derrière eux. Mais six heures à peine après avoir secouru Thomson, Golding démâte. Ecover parvient à rejoindre Cape Town, mais deux des plus sérieux prétendants à la victoire sont soudain hors course. Le sauvetage, qui fut retransmis en direct sur les journaux télévisés du monde, vaudra à Mike Golding de nombreux honneurs et récompenses pour son courage et son talent.

En tête de la flotte, Bernard Stamm et Kojiro Shiraishi arrivent à Fremantle respectivement premier et deuxième, avec une large avance sur Robin Knox-Johnston et Unaï Basurko qui ont particulièrement souffert des Mers du Sud. De son côté, Graham Dalton a du surmonter de nombreuses difficultés et faire escale à Madère et aux îles Kerguelen pour réparer.

Alors que le Néo-Zélandais approche de la côte Ouest de l'Australie, il est touché par une des plus violentes tempêtes de la course. Le marin pourtant expérimenté en vient même à appeler sa femme pour lui dire adieu croyant que sa fin est proche. Il parvient finalement à atteindre Fremantle avec une grand-voile déchirée et un bateau meurtri. À son arrivée, sa femme lui annonce que les médecins lui ont diagnostiqué un cancer du sein et qu'elle a déjà été opérée. Pour ne pas le perturber, elle avait décidé de ne rien lui dire avant son arrivée à Fremantle. Par chance, l'opération fut réussie et le cancer vaincu.

Après une phase de réparations sous le soleil australien, la flotte reprend sa route pour la deuxième étape vers Norfolk en Virginie. Une étape de 14200 milles - la plus longue - qui emmènera les bateaux dans les latitudes les plus extrêmes des Mers du Sud et autour du célèbre Cap Horn. Une fois de plus, Bernard Stamm fait preuve d'une détermination et d'un talent incomparable en plongeant vers les zones d'icebergs pour accrocher un système météo favorable et s'envoler loin devant les autres concurrents. Kojiro Shiraishi continue néanmoins d'impressionner en conservant sa seconde place, alors qu'il participe pour la première fois à une course sur un monocoque de 60 pieds. Derrière lui, la bataille fait rage pour la troisième place, entre Unaï Basurko et Robin Knox-Johnston.

Stamm et Shiraishi terminent une nouvelle fois premier et second à Norfolk. Il leur reste une traversée de l'Atlantique, la dernière étape, pour assurer leur place sur le podium. Basurko et Knox-Johnston se succèdent dans le port américain en moins de 24 heures. La dernière étape s'annonce donc déterminante. Qui du jeune basque ou de la légende vivante de la voile grimpera sur la troisième marche du podium ?

Pendant ce temps, l'aventure de Graham Dalton dans la VELUX 5 OCEANS continue d'être semée d'embûche et emprunte d'émotion. Contraint de s'arrêter dans son propre pays, la Nouvelle-Zélande, après que ses rations de nourriture ait été contaminées par l'essence du bateau, il doit également faire escale aux îles Falkland pour effectuer de nouvelles réparations. Sa remontée de l'Atlantique n'est pas plus sereine, au contraire. Une avarie de safran l'oblige à rejoindre le port de Fortaleza au Brésil, où un virus le cloue au lit pendant plusieurs jours et où des voleurs s'attaquent à son bateau pour dérober toute l'électronique du bord.

Alors qu'il est enfin sur le point de reprendre sa route, il réalise que le bulbe de sa quille s'est détaché et se trouve au fond du port. Dalton ne se décourage pas et entame les travaux nécessaires. Il parvient finalement à rejoindre Norfolfk, mais son retard est tel qu'il ne pourra être classé à l'arrivée. Malgré les nombreuses difficultés tant professionnelles que personnelles, le Néo-Zélandais tenace poursuit son aventure spirituelle vers Bilbao et boucle son tour du monde en solitaire en mémoire de son fils.

Dans la dernière étape de 3200 milles vers Bilbao, le skipper japonais prend en chasse le champion suisse jusqu'à la ligne d'arrivée, mais Bernard Stamm parvient s'empare de la troisième manche et défend son titre de vainqueur avec classe et talent. Kojiro Shiraishi termine néanmoins avec les honneurs moins d'une heure derrière Stamm. Les deux marins désormais amis peuvent ainsi fêter ensemble la fin du Défi Absolu en Solitaire devant des centaines de personnes dans le port de Gexto.

Bernard Stamm réalise une course impeccable, en combinant avec brio vitesse, sécurité et tactique pour défendre son titre et inscrire une nouvelle fois son nom dans l'histoire de la course et de la voile comme l'un des plus grands navigateurs en solitaire. Kojiro Shiraishi devient quant à lui le premier marin asiatique à accéder au podium d'une épreuve en 60 pieds et se fait une place dans le milieu comme un marin à surveiller de plus près à l'avenir.

Unaï Basurko et Robin Knox-Johnston se livrent une belle bataille jusqu'à l'arrivée à Bilbao. Bien que la légende de la voile britannique termine devant le skipper basque, au classement général, c'est Basurko qui s'empare de la troisième place. Une première pour le héro local acclamé par des centaines de spectateurs dans son port d'attache. Robin Knox-Johnston réussit néanmoins ce que beaucoup pensait impossible. À l'âge de 69 ans, il boucle le Défi Absolu en Solitaire et reçoit pour la troisième fois le titre de Marin de l'Année dans son pays pour son incroyable exploit et pour l'intérêt qu'il a suscité dans la presse et auprès du public du monde entier.

La VELUX 5 OCEANS 2006-07 a offert une émotion sans précédent. En dépit de la flotte réduite, la course a su captiver l'imagination du public et revenir sur les devants de la scène professionnelle internationale. La prochaine édition du Défi Absolu en Solitaire aura lieu en 2010 et cherche à proposer une nouvelle dimension dans le milieu de la course au large, en créant une plateforme encore plus réussie qu'en 2006-07.

LA PREMIÈRE

La VELUX 5 OCEANS est la première véritable course autour du monde en solitaire. Organisée tous les quatre ans depuis 1982, elle est pour tous l'épreuve la plus longue et la plus éprouvante toutes disciplines confondues. Traverser les océans du monde à la voile en solitaire sur des pur-sangs des mers constitue est une aventure extrême. À ce jour, seules 90 personnes ont relevé ce défi.

Le BOC Challenge 1982

  • En quatre étapes : Newport (Rhode Island) - Cape Town - Sydney - Rio de Janeiro - Newport
  • Deux catégories de bateaux y participent : Classe 1, 45-56 pieds (13.7-17.1 m); et Classe 2, 32-44 pieds (9.7-13.4 m)

Le concept de cette première édition du BOC Challenge est basé sur une idée de David White. La flotte de 17 bateaux s'élance en août 1982 et fait escale en Afrique du Sud, en Australie et au Brésil. Les concurrents ne sont pas très expérimentés, mais l'un d'entre eux se distingue. Il s'agit d'un Français alors inconnu... Philippe Jeantot. Il prend le départ sur un sloop de 56 pieds conçu spécialement pour l'occasion, baptisé Crédit Agricole. Il gagne les quatre étapes et boucle le tour du monde en 159 jours. En Classe 2, l'épreuve est remportée par un chauffeur de taxi japonais et bouddhiste du nom de Yukoh Tada. La course connaît également des moments d'angoisse avec le sauvetage de deux marins.